Site de données généalogiques
par Claude Jutras


Les Godefroy


Michel Godefroy de Lintôt

Michel Godefroy de Lintot est consécutivement écuyer, capitaine des troupes de la marine, major de Trois-Rivières, seigneur. Il est baptisé le 21 octobre 1637, fils de ainé de Jean Godefroy de Lintot et de Marie Leneuf, et décédé à Trois-Rivières le 18 mai 1709.

Godefroy de Lintot fut le premier enfant de race blanche né et baptisé à Trois-Rivières. Il y épousa Perrinne Picoté de Belestre, le 2 septembre 1664, et quatre ans plus tard devenait seigneur, son oncle Michel Leneuf Du Hérisson lui ayant fait don de la seigneurie de Dutort. Durant les dix années qui suivirent, Godefroy y installa une douzaine de colons.

Recommandé par Alexandre de Prouville de Tracy, Godefroy est nommé enseigne en 1667. Il est promu au grade de capitaine réformé en 1687 et enfin devient capitaine en 1700. Nommé major de Trois-Rivières en 1702, il occupa ce poste jusqu'à sa mort. Aucun document ne prouve qu'il ait participé aux campagnes militaires de l'époque: certains écrivains lui attribuèrent le mérite d'avoir pris part à la campagne de Jacques Testard de Montigny à Terre-Neuve en 1705. Mais le Lintot dont il est question dans la relation de cette campagne était René, le fils de Michel.

Tout comme son père, Michel connut les lourdes responsabilités d'une grande famille. De ses douze enfants, René et six de ses filles se marièrent; trois de ces dernières épousèrent des officiers des troupes de la marine.

Il semble que Michel laissa très peu d'argent à sa mort, survenue en 1709, puisque sa veuve dut faire appel à l'état pour obtenir une aide financière.

 


Jean-Amador Godefroy de Saint-Paul

Jean-Amador Godefroy de Saint-Paul est consécutivement écuyer, capitaine de la milice de Trois-Rivières, trafiquant de fourrures et seigneur; fils de Jean Godefroy de Lintot et de Marie Leneuf, il fut baptisé à Trois-Rivières le 18 juillet 1649 et y mourut le 10 septembre 1730.

Au cours de la conférence tenue à Montréal en août 1682, Saint-Paul servit d'interprète aux Miamis et aux Kiskakons, ce qui porterait à croire qu'il avait déjà séjourné dans l'Ouest. Il prit part, en qualité de capitaine de la milice de Trois-Rivières, aux expéditions que les gouverneurs Le Febvre de La Barre et Brisay de Denonville menèrent contre les Iroquois en 1684 et en 1687. Associé à Antoine Lepellé, son partenaire et futur gendre, il trafiqua avec les Outaouais pendant quelques années vers 1690.

En 1706, l'activité commerciale de Saint-Paul embrassait aussi la pêche à la morue sur les côtes de l'est. Cette même année, Rigaud de Vaudreuil et Jacques Raudot lui concédèrent, au Labrador, une seigneurie d'une étendue de cinq lieues de longueur sur dix lieues de profondeur sur les deux rives de la Grande Rivière (Quitzezaqui). Il continua toutefois d'habiter Trois-Rivières et poursuivit son trafic avec les tribus de la région. Il connaissait sans doute la langue algonquine puisqu'on lui accord le privilège de vendre de la bière et du cidre aux Algonquins qui venaient à Trois-Rivières.